Questions sur l’épilepsie des NAC

  • Question envoyée par Yacout - 30/11/2022

    À l’âge de quatre mois, une semaine après sa vaccination, mon chat a commencé à faire des crises d’épilepsie sévères. Avec des convulsions généralisées, hypersalivation et projection à plusieurs mètres. Il faisait en moyenne cinq à six crises par jour. Après avoir consulté plusieurs vétérinaires et essayer plusieurs traitements, aujourd’hui on est passé des convulsions généralisée à des convulsions partielles. Aujourd’hui mon chat a 15 mois et il fait au moins cinq crises par jour et très souvent de manière successive. Ma question est de savoir si c’est une vie pour mon chat ? Est-ce que c’est égoïste de ma part de le garder en vie ? Est ce qu’il souffre pendant ses crises ? Il tombe souvent et se fait mal, même en dehors des crises, en voulant monter sur le canapé il va tomber en arrière. C’est un exemple parmi tant d’autres. Il a très peu de réflexes.

    Réponse du vétérinaire expert :
    Je vous remercie de l’intérêt que vous nous portez. Je comprends totalement votre inquiétude et vos questionnements face à ce type de situation. Tout d’abord rassurez-vous, lors de crises convulsives généralisées ou de crises partielles, il est reconnu que l’animal ne souffre pas, notamment s’il perd conscience. Votre chat ne ressent pas de douleur au moment de ses crises. Etant donné que son activité motrice est incontrôlée, cela peut générer du stress lors de crises partielles sans perte de connaissance. Néanmoins, il convient de le protéger de toute situation dangereuse au moment d’une crise en sécurisant les lieux. Vous me décrivez des chutes à répétition et un défaut de stabilité sur ses pattes : il est important d’évaluer quand ces troubles locomoteurs apparaissent. S’ils se manifestent juste après sa crise épileptiforme, cela correspondrait à la phase appelée post-ictale : c’est un état de récupération consécutive à l’épuisement cérébral provoqué par la crise, pouvant engendrer temporairement des troubles de la démarche et de l’équilibre. Je vous invite à lire cet article à ce sujet : http://www.mon-animal-epileptique.fr/lepilepsie-du-chat/origines-et-symptomes-de-lepilepsie-feline/comment-se-manifeste-la-crise-depilepsie-chez-le-chat/ En revanche si ces troubles de la locomotion se manifestent en dehors de ses crises, je vous invite à en parler à votre vétérinaire traitant afin d’investiguer quelle pourrait en être la cause. La question du bien être pour votre chat est primordial : le but de la mise en place d’un traitement anticonvulsivant est avant tout d’améliorer les conditions de vie de votre petit chat notamment en diminuant le nombre de crises, leur durée, leur intensité et en réduisant la phase de récupération. Si ces paramètres tendent à augmenter malgré le traitement je vous invite à consulter votre vétérinaire ou un vétérinaire spécialisé en neurologie afin d’adapter ou de modifier son traitement. Parfois, malheureusement, l’état général de l’animal se détériore malgré la découverte du diagnostic précis de la maladie et un traitement médical lourd mis en place, aboutissant à une importante dégradation de la qualité de vie, ce qui amène, logiquement, l’équipe soignante et le propriétaire, à réfléchir à l’éventualité de l’euthanasie. Chaque animal est différent et nécessite de ce fait, de trouver la molécule antiépileptique qui lui convient, au bon dosage. Je vous encourage à filmer et/ou chronométrer la durée des crises, ainsi qu’à noter leur fréquence sur un carnet, afin d’avoir plusieurs informations à apporter à votre vétérinaire par la suite.
  • Question envoyée par Herve - 28/11/2022

    Comment faire pour que mon chien ne fasse plus de crises d'épilepsie à répétions (environs 10 à 15 dans la journée) malgré le traitement, plus toutes les radios, IRM etc... On le voit trop souffrir mais on a dépensé plus de 4000 euro pour un traitement en cas de crise qui n'est pas efficace car deux jours pour faire effet. Merci de votre réponse ou solution si il y en a une.

    Réponse du vétérinaire expert :
    Je vous remercie de l’intérêt que vous nous portez. Je comprends votre inquiétude et votre détresse face aux crises d’épilepsie de votre chien. Sachez que malheureusement, le Saint Bernard est une race prédisposée à l’épilepsie essentielle (c’est-à-dire dont on ne connait pas la cause) dont le type d’épilepsie est difficile à contrôler. Il existe différentes possibilités de traitement soit en monothérapie (une seule molécule), soit en bithérapie (association de deux molécules) soit une trithérapie (trois molécules associées). En fonction de la molécule anti convulsivante utilisée, il faudra attendre plusieurs jours pour atteindre un état d’équilibre des concentrations sanguines.  Au vu du nombre de crises que vous me décrivez, je vous invite à consulter rapidement votre vétérinaire traitant (ou un vétérinaire spécialisé en neurologie) afin d’ajuster ou de modifier son traitement. De plus, avec les traitements antiépileptiques, il est rare d’obtenir un arrêt complet des crises. L’objectif est plutôt de rechercher un contrôle optimal des crises. Je vous invite à lire cet article : http://www.mon-animal-epileptique.fr/lepilepsie-du-chien/traitement-des-chiens-epileptiques/demarche-therapeutique-et-suivi-du-traitement/ Je comprends votre angoisse lorsque vous voyez votre chien en pleine crise mais rassurez-vous : votre chien ne souffre pas lors de ses crises. Je vous invite à discuter de tout ceci avec votre vétérinaire car il sera plus à même de vous rassurer.
  • Question envoyée par Myl - 28/11/2022

    Bonjour, mon chat de 11ans vient de débuter le XXX 25mg 1/2c par jour, est-ce possible de décaler l'heure de la prise d'une heure ? Je lui ai donné son 1er cachet en rentrant du vétérinaire à 22h puis-je lui donner à 9h le lendemain matin ?

    Réponse du vétérinaire expert :
    Pour un traitement efficace, les comprimés doivent être administrés à heure fixe chaque jour, de préférence à 12 heures d’intervalle. Étant donné que vous venez de débuter le traitement, vous pouvez en effet exceptionnellement décaler sa première prise d’une heure. Le but de donner le comprimé à heure fixe est de garantir une concentration suffisante en phénobarbital dans le sang tout le long de la journée. Cette posologie pourra au besoin être ajustée par votre vétérinaire traitant en fonction de l'efficacité clinique et des concentrations sanguines en phénobarbital. Je vous invite à lire notre article concernant le traitements anticonvulsivants : https://www.mon-animal-epileptique.fr/lepilepsie-du-chien/traitement-des-chiens-epileptiques/limportance-de-la-balance-benefices-risques-des-traitements-anticonvulsivants/
  • Question envoyée par Marion - 24/11/2022

    Mon chien souffre d’épilepsie idiopathique et est sous traitement depuis maintenant 2 ans. Le taux de phenobarbitalemie est situé à 62.5micromol/L ce qui est en dessous de la dose thérapeutique et aucunes crises n’ont été décelée depuis son traitement. L’intention de diminuer le traitement a été fait mais l’apparition de nouvelles crises ont été diagnostiqué. Cette intention de diminuer le traitement à été envisagé car mon chien souffre d’une polyphagie extrêmement sévère et malgré les restrictions alimentaires une obésité a 30% est bien présente. Un changement de molécule m’a donc été proposé mais en regardant tous les effets indésirables de chaque molécule la polyphagie est présente dans toutes. Quels recours puis je avoir ? Est il réellement nécessaire de changer son traitement actuel ?

    Réponse du vétérinaire expert :
    Malheureusement, un chien atteint d’épilepsie idiopathique aura besoin d’un traitement antiépileptique tout au long de sa vie, avec des possibles adaptations des doses et molécules en fonction des réponses au(x) traitement(s). Le fait que votre chien n’ait plus eu de crises épileptiques malgré une phénobarbitalémie inférieure au seuil dit « thérapeutique » n’est pas forcément surprenant. En effet, chaque individu répond différemment au traitement, et certains chiens voient leur épilepsie se stabiliser avec des traitements antiépileptiques faiblement dosés. Quelques soient la ou les molécules utilisées, l’objectif est de trouver la dose minimale efficace pour chaque molécule qui permettra de stabiliser l’animal épileptique. Concernant l’augmentation de l’appétit, c’est effectivement un effet secondaire retrouvé avec certains traitements antiépileptiques utilisés chez nos chiens et chats. Lorsque cet effet secondaire survient et/ou perdure, cela peut entrainer un surpoids voire de l’obésité si une surveillance du poids et/ou des mesures nutritionnelles ne sont pas mises en place en parallèle. Néanmoins, avant d’envisager une perte de poids pour votre chien en obésité, il est important que ses crises épileptiques soient de nouveau stabilisées. Ainsi, si votre chien présente de nouvelles crises depuis la diminution des doses de son traitement antiépileptique habituel, il est important de consulter à nouveau votre vétérinaire afin de réajuster les doses et/ou les molécules proposées. Une fois votre chien stabilisé sur le plan médical, je vous encourage à mettre en place avec votre vétérinaire ou un vétérinaire spécialisé en nutrition animale, un protocole nutritionnel pour la perte de poids. Cela passe notamment par un changement d’alimentation pour un aliment médical pour la perte de poids adapté à votre chien, ainsi que le calcul de ses besoins énergétiques et des quantités d’aliment à distribuer sur la journée, idéalement fractionnés en plusieurs repas. Associés à cela d’autres mesures et astuces peuvent être mises en place : la distribution des aliments dans des jouets et/ou des gamelles ludiques ; le remplacement des friandises par des légumes ou fruits ; l’apport de légumes verts aux repas pour répondre à la satiété de l’animal (courgettes ou haricots verts cuits à l’eau, sans ajout de matière grasses ni de sel, à mélanger aux croquettes par exemple) ; l’augmentation progressive de l’activité physique avec plusieurs promenades de 15 à 30 minutes par jours, des jeux, de la nage l’été, etc. Je vous invite à vous rapprocher de votre vétérinaire traitant afin de rediscuter avec lui du traitement antiépileptique de votre chien et des mesures nutritionnelles et physiques à mettre en place une fois ses crises stabilisées. Au besoin, votre vétérinaire pourra vous orienter vers des vétérinaires spécialisés en nutrition pour vous aider.
  • Question envoyée par Alberto - 22/11/2022

    Bonjour, après 5 ans de polythérapie Phénobarbital / XXX (resp. 8,28 mg/kg/jour et 18 mg/kg/jour), ma chienne est complétement stabilisée, avec une phénobarbitalémie qui oscille entre 25 et 30. MAIS… les phosphatases (PAL) et plus récemment la lipase spécifique canine (Pancréas) sont à des valeurs anormalement hautes. Tout cela est attribué (après échographie) au phénobarbital, tout comme une hépatomégalie constatée depuis plus de 2 ans (fois gras). Le pb, c'est que nous avons toujours DEUX avis, quelques soient les vétérinaires : 1) "Ce n'est rien, tant que la phénobarbitalémie est à moins de 40, tout va bien, même à long terme"… ou alors 2) "ça peut devenir toxique si cela se prolonge, même aux valeurs usuelles". ". Or la plupart des vétérinaires disent que cela se prolonge car souvent la prise de XXX est à vie. Comment vous positionnez vous par rapport à ces deux avis ?

    Réponse du vétérinaire expert :
    Le phénobarbital est un inducteur des enzymes hépatiques : Il est classique d’avoir une augmentation des PAL et parfois des ALAT sous traitement car le phénobarbital stimule la fabrication des 2 enzymes par les hépatocytes (cellules du foie). Cela ne témoigne pas nécessairement d’une affection hépatique même si les valeurs sont élevées (4 à 5 fois et plus parfois !) et qu’il apparaît logiquement après plusieurs années de traitement une hépatomégalie (le foie stimulé travaille plus en métabolisant quotidiennement le médicament). Pour surveiller la fonction hépatique d’un animal sous phénobarbital quand on suspecte une insuffisance (présence de signes cliniques d’amaigrissement chronique, troubles digestifs, …), il est recommandé de suivre l’albuminémie et les acides biliaires, les Triglycérides ou le cholestérol. Si le 1er paramètre diminue, accompagné d’une augmentation des seconds et présence de signes cliniques évocateurs, alors une atteinte hépatique peut être suspectée. Concernant la valeur de la lipase pancréatique spécifique du chien, si celle-ci est augmentée, cela n’est pas significatif d’une atteinte hépatique, mais plutôt du pancréas. Cette valeur peut augmenter dans différentes situations de stimulation pancréatique lors de pancréatite, mais aussi de gastro-entérite,… Cette augmentation peut être transitoire et peut nécessiter d’être surveiller. Le phénobarbital est une molécule bien tolérée au niveau hépatique. Elle est métabolisée par le foie, c’est pourquoi il est contre-indiqué de l’utiliser en cas d’insuffisance hépatique avérée. Aux doses recommandées et dans la fourchette thérapeutique d’un taux plasmatique compris entre 15 et 40 µg/ml, le phénobarbital présente une bonne marge de sécurité. Un risque d’hépatotoxicité peut apparaitre au-delà de 35 µg/ml et à long terme, ce qui n’est apparemment pas votre situation. Détectées assez tôt, les lésions disparaissent en diminuant ou en arrêtant le phénobarbital. En poursuivant les suivis réguliers de votre chienne (idéalement tous les 6 mois), votre vétérinaire traitant sera votre meilleur conseiller pour adapter son traitement.
  • Question envoyée par Anaïs - 22/11/2022

    J'ai adopté une chatonne (gouttière typée siamois) en refuge il y a un mois, chatonne trouvée sur un parking à l'age de 2 mois environ et aujourd'hui âgée d'approvisionnement 4 mois. Elle a commencé à faire des crises qui pourraient s'apparenter à de l'épilepsie il y a 2 semaines (tous les 2 jours environ, puis 3 dans la même journée) : elle chute sur le côté et "pédale" avec ses pattes. Elle ne bave pas, ne vomis pas, ne défeque pas (mais court à la litière après ses crises). Une fois la crise passée, elle marche en titubant. Elle a vu plusieurs vétérinaires (dont une spécialisée en neurologie), un anticonvulsivant lui a été prescrit la semaine dernière et depuis elle n'a plus eu de crises. Elle a eu divers examens sanguins et hépatiques, mais rien d'anormal. Elle n'a pas pu passer d'irm pour l'instant car beaucoup trop petite. En revanche, nous avons constaté qu'elle a tendance à perdre l'équilibre quand elle joue, toujours la patte arrière gauche qui semble lâcher. Doit on craindre une myélopathie ou quelque chose du genre, ou s'agit-il d'un des symptômes de l'épilepsie ?

    Réponse du vétérinaire expert :
    Les symptômes épileptiformes que présente votre chaton si jeune (avant l’âge de 6 mois) associés à des signes neurologiques de perte d’équilibre (postérieur gauche qui se dérobe), apparaissant entre ses crises d’épilepsie, sont malheureusement fortement évocateurs d’une cause médicale à son épilepsie : infection, inflammation, malformation du système nerveux,… Il se peut également que ce symptôme de perte d’équilibre provienne du traitement mis en place depuis quelques jours et qui peut provoquer logiquement un peu de sédation, un animal un peu « ralenti », moins vif, dans les 1ers jours de la thérapie médicamenteuse. Cet effet doit disparaitre moins d’un mois après le début du traitement. Si le traitement actuel permet de stabiliser son état épileptique, c’est encourageant, mais il ne traite pas l’origine de son problème neurologique. SI vous souhaitez investiguer plus, nous vous conseillons de poursuivre les examens complémentaires (IRM, ponction de Liquide céphalo-rachidien,…) que les vétérinaires vous ont proposés et nous vous invitons à filmer ses pertes d’équilibre afin de les faire visionner par les soignants et les aider dans leur démarche diagnostique. En attendant, nous vous conseillons de lire notre article : https://www.mon-animal-epileptique.fr/lepilepsie-du-chat/origines-et-symptomes-de-lepilepsie-feline/quelles-sont-les-origines-de-lepilepsie-du-chat/
  • Question envoyée par Yolande - 18/11/2022

    Ma chienne de 10 ans a fait sa première crise fin août puis fin septembre et a ensuite fait 4 crises en Octobre. Maintenant les crises se rapprochent. Nous pensons à faire des examens supplémentaires (IRM …) Toutefois, c'est à environ 4 heures de route aller, plus l'anesthésie. Le voyage en voiture lui cause du stress et génère 2 crises plus ou moins espacées (nous avons testé) comme pour aller chez la vétérinaire pour faire une prise de sang. Je ne sais pas ce que je dois faire…est ce qu'il y a quelque chose que je peux lui donner pour la détendre pour le voyage ou je laisse tomber les examens car trop éloignés de chez nous et trop stressant pour elle ?

    Réponse du vétérinaire expert :
    Étant donné l’âge d’apparition des crises épileptiques de votre chienne, il est en effet très judicieux de lui faire passer ces examens complémentaires qui pourraient révéler une origine à ces crises et peut-être ainsi permettre à l’équipe soignante de prendre en charge sa maladie de façon plus ciblée. En revanche, souvent chez les animaux épileptiques, comme chez votre chienne, tout évènement stressant, comme un voyage en voiture, peut favoriser le déclenchement de crises épileptiques, ce qui génère légitimement de l’inquiétude de votre part face à ce risque bien présent. Pour vous aider dans cette situation, il existe diverses solutions et notamment des solutions médicamenteuses anxiolytiques et/ou antiépileptiques, pour permettre d’apaiser au maximum votre chienne avant le départ et pendant le trajet. Nous vous conseillons vivement d’en discuter avec votre vétérinaire traitant, ou avec l’équipe soignante de la structure de référés, qui vous aidera face à cette étape difficile.
  • Question envoyée par Monique - 14/11/2022

    Mon chien boit 4 litres d'eau par jour depuis qu 'il est sous XXX est-ce normal ?

    Réponse du vétérinaire expert :
    D’après les informations dont nous disposons, votre petit chien devrait boire environ 250 ml par jour (pour un poids estimé de 5 kg). Cette prise de boisson de 4 L (si elle est bien quantifiée) est anormalement élevée. C’est pourquoi, nous vous invitons à consulter votre vétérinaire traitant afin qu’il effectue des examens complémentaires pour en trouver l’origine. La polydipsie (augmentation de la prise de boisson) peut être un effet secondaire, mais le plus souvent, temporaire (environ pendant le 1er mois de mise en place du traitement antiépileptique). Cependant, d’autres maladies peuvent apparaître en plus chez votre chien épileptique comme les affections hépatiques, le diabète sucré, les maladies endocriniennes, les maladies rénales,… Nous vous conseillons vivement d’en discuter avec votre vétérinaire traitant qui jugera si ce symptôme est lié à une maladie ou  s’il s’agit plutôt d’un effet secondaire du traitement, et auquel cas, nous vous conseillons de le faire déclarer en pharmacovigilance par le biais de votre vétérinaire sur le site officiel : https://pharmacovigilance-anmv.anses.fr/
  • Question envoyée par Corinne - 10/11/2022

    J'ai recueilli en octobre dernier un chaton femelle de 3 mois environ, trouvée au milieu d'une route (on pense qu'elle a été renversée). Elle a commencé à avoir, au bout de 2 jours, des crises convulsives (cela commence par des crispations des muscles du visage avec bave, ensuite elle se raidit et peut avoir des tremblements urine sous elle) cela dure quelques secondes. Une fois on a du l'anesthésier pour calmer ses crises. On a fait bilan sanguin complet, test FIV FELV, examens pour la PIF et shunt hépatique. Il a fallu lui faire un lavement car elle n'arrivait plus à évacuer ses selles. Les symptômes ont maintenant disparu. Aucune crise pendant 15 jours et depuis vendredi elle recommence à faire ses crises convulsives et est constipée .. un traumatisme crânien pourrait-il en être la cause ou une autre maladie neurologique ?

    Réponse du vétérinaire expert :
    Nous comprenons votre inquiétude face aux problèmes de santé de votre chaton, qui s’avèrent assez complexes. Lorsqu’un animal présente des troubles neurologiques, il est nécessaire d’effectuer plusieurs examens complémentaires afin de rechercher, s’il en existe, une origine. En effet, les atteintes neurologiques ont plusieurs origines : vasculaires, infectieuses, traumatiques, métaboliques, inflammatoires,... La constipation présente chez votre chaton peut être un symptôme d’une autre affection, qui peut occasionner le déclenchement de crises épileptiques chez un chat épileptique ou alors être relié à la même affection que les crises. Nous ne pouvons malheureusement pas répondre à votre interrogation. Seul votre vétérinaire traitant qui a examiné votre chat peut continuer les explorations, avec peut-être l’avis extérieur d’un vétérinaire spécialisé en neurologie. Vous trouverez d’autres informations sur le sujet dans notre article si vous le souhaitez: http://www.mon-animal-epileptique.fr/lepilepsie-du-chat/origines-et-symptomes-de-lepilepsie-feline/quelles-sont-les-origines-de-lepilepsie-du-chat/
  • Question envoyée par Julien - 08/11/2022

    Ma chienne Boston Terrier fait de l’épilepsie depuis bientôt 3 ans. Ces derniers temps, les crises sont plus fréquentes, je m’explique : Elle a fait une grosse série de crises mi juillet puis ensuite une seule le 6/9, puis une seule le 18/10 et enfin une seule le 7/11. Ce qui est rassurant c’est qu’elle ne fait plus qu’une crise mais le temps qui passe entre chacune se raccourcît. Bien que maintenant chaque crise est assez longue (3 minutes). Toujours le soir ou la nuit dans son sommeil. J’en ai parlé au vétérinaire mais sa seule réponse est : les crises ne s’arrêteront jamais... Ok je suis au courant merci... J’aimerai avoir un autre avis s’il vous plait … Est-ce inquiétant si le temps entre que chaque (période de) crise se raccourcit ?

    Réponse du vétérinaire expert :
    Je suis navrée d’apprendre que votre chienne présente de nouvelles crises plus fréquentes, et effectivement ce n’est pas ce qui est attendu pour un animal sous traitement antiépileptique. Il est rare d’obtenir un arrêt complet des crises avec le traitement antiépileptique. L’objectif est d’arriver à un contrôle optimal des crises en diminuant la fréquence, l’intensité des crises et/ou le temps de récupération après celles-ci. Si vous observez une augmentation de la fréquence des crises de votre chienne par rapport à d’habitude, je vous conseille de consulter à nouveau votre vétérinaire. Il pourra vous proposer la réalisation d’un bilan sanguin afin de doser les molécules antiépileptiques dans le sang de votre chienne, afin de réajuster son traitement en fonction ou bien afin d’ajouter une nouvelle molécule au traitement s’il estime que cela est nécessaire. Je vous encoure également à continuer de noter toutes les crises de votre chienne pour en suivre l’évolution. Cela pourra également aider votre vétérinaire pour le suivi du traitement.
1 2 3 77