Glossaire de l’Épilepsie

search Dictionary book flat icon with long shadow,eps10


A travers notre glossaire, découvrez le vocabulaire de l’épilepsie et la définition des mots liés à cette pathologie.

ACEFH – ILMNOPST

A

Atonie : perte brutale de tonus musculaire.

Aura : voir phase d’aura.

Retour

C

Convulsion : spasme musculaire involontaire pouvant concerner une partie ou l’ensemble du corps.

Crise ou manifestation épileptiforme : évènement provoqué par des décharges d’influx nerveux anormaux dans le cerveau, survenant de façon soudaine, caractérisée le plus souvent par des crises convulsives généralisées ou partielles  mais pouvant aussi être de nature non convulsive (hallucinations, troubles du comportement, perte de vision temporaire, salivation, …).

Crise généralisée / crise de « grand mal » : convulsions intéressant l’ensemble des muscles du corps caractérisées par une activité motrice tonique-clonique (augmentation du tonus musculaire et pédalage ou autres mouvements) associées à une perte de conscience et à d’autres signes tels que la salivation, l’émission d’urine…

Crise partielle ou focale : crise causée par un foyer épileptogène localisé pouvant être à l’origine de spasmes intéressant un muscle ou un groupe de muscles (contractions, mouvements répétés d’un membre, mâchonnements…), d’une modification  du comportement et/ou de l’activité des organes internes et des glandes (salivation, défécation, émission d’urine…), associées ou non à une altération de l’état de conscience.

Crises groupées / en salves / en série : manifestations épileptiformes survenant à plus d’une reprise  sur une période de 24h, séparées par une période de récupération avec retour à un état de conscience normal.

Crises isolées : manifestations épileptiformes survenant au plus une fois toutes les 24h.

Crise tonique-clonique ou tonico-clonique : convulsions caractérisées par la succession de phases toniques (raidissement dû à l’augmentation du tonus musculaire) puis cloniques (mouvements involontaires, pédalage, mâchonnement, claquement des mâchoires, etc.).
Retour

E

« Effet feu de broussaille » : extension d’un foyer épileptogène (groupe de cellules nerveuses à l’origine de l’épilepsie) aux régions voisines du cerveau suite à la survenue récidivante de crises épileptiformes.

« Effet miroir » : formation d’un foyer épileptogène (groupe de cellules nerveuses à l’origine de l’épilepsie) dans l’autre hémisphère du cerveau, de position symétrique à celle du foyer épileptogène primaire, suite à la survenue récidivante de crises épileptiformes.

Electroencéphalogramme : méthode de mesure de l’activité électrique du cerveau par des électrodes placées sur le crâne.

Epilepsie : affection neurologique caractérisée par des décharges d’influx nerveux anormaux dans le cerveau, survenant de façon soudaine et provoquant des crises épileptiformes. On parle d’épilepsie lorsqu’il y a répétition des crises épileptiformes.

Epilepsie cryptogénique : épilepsie pour laquelle une origine intracrânienne (anomalies cérébrales : malformation, tumeur, infection, etc.) est fortement suspectée mais n’a pas pu être identifiée.

Epilepsie idiopathique, primaire, fonctionnelle ou essentielle : syndrome caractérisé par des manifestations épileptiformes répétées, souvent de type convulsif, qui ne sont pas consécutives à une affection ou un trouble sous-jacent. L’origine des crises est inconnue : il n’y a pas d’anomalie cérébrale ni métabolique (autre problème de santé, dysfonctionnement d’un organe, etc.). C’est une épilepsie souvent héréditaire dont on suspecte une origine génétique.

Epilepsie ou encéphalopathie réactive, épilepsie réactionnelle, extra-crânienne, manifestations épileptiformes réactives : syndrome caractérisé par des manifestations épileptiformes liées à une affection métabolique (maladie « générale », dysfonctionnement d’un organe, etc.) ou à l’absorption d’un toxique convulsivant (ex : chocolat, anti-limaces, etc.).

Epilepsie structurelle, secondaire, intracrânienne ou symptomatique : manifestations épileptiformes répétées, qui sont dues à une affection cérébrale : malformation, tumeur, infection, inflammation, etc.
Retour

F

Foyer épileptogène : groupe de cellules nerveuses responsables de la propagation de l’influx nerveux anormal à l’origine des manifestations épileptiformes.

Fly-biting : syndrome de gobage de mouches imaginaires. L’animal a le regard fixé dans le vide devant lui, se précipite en avant en faisant claquer ses mâchoires, comme s’il voulait attraper quelque chose. Ce comportement, qui survient en général sans raison apparente, peut être décrit comme une hallucination et se répète fréquemment à la manière d’une stéréotypie. (Voir l’article : Le « fly-biting » chez le Cavalier King Charles)

Retour

H

Head bobbing / head tremor / tremblements de tête idiopathiques : syndrome rencontré chez le chien caractérisé par des mouvements de tête rapides, rythmés et répétitifs, verticaux et/ou horizontaux. (Voir l’article : Les tremblements de tête idiopathiques (ou Head Tremor Syndrome) chez le chien)

Hyperesthésie : sensibilité exacerbée des différents sens. (Voir l’article : Le syndrome d’hyperesthésie féline)

Retour

I

Ictus : voir « phase d’ictus ».

Idiopathique : se dit d’une maladie ou d’un signe clinique dont la cause est inconnue.

Incidence : nombre de nouveaux individus/animaux ayant contracté une maladie donnée sur une période de temps définie.

IRM (imagerie par résonnance magnétique) : technique d’imagerie médicale utilisant les propriétés des champs magnétiques permettant de visualiser avec une grande précision les organes internes et les tissus mous (cerveau, viscères, etc.).

Retour

L

Liquide céphalo-rachidien (LCR) : liquide circulant dans les espaces délimités par les méninges (membrane recouvrant et protégeant le système nerveux central). Ce liquide peut être ponctionné par le vétérinaire et analysé afin de déterminer s’il y a une infection et/ou une inflammation au niveau cérébral.

Retour

M

Maladie congénitale : maladie qui est présente dès la naissance.

Manifestation épileptiforme : signe clinique soudain, transitoire, incluant des troubles de la conscience, des troubles moteurs, sensoriels, autonomiques ou des troubles comportementaux secondairement à une activité …

Myoclonies : contractions musculaires brèves et localisées (ex : tremblent d’une babine)

Retour

N

Narcolepsie : crises de sommeil involontaires associées à une diminution du tonus musculaire voire une atonie (absence de tonus musculaire).

Retour

O

Observance : respect du protocole de traitement conformément à la prescription établie (respect des doses et de la fréquence d’administration).

Opisthotonos : position du corps caractérisée par des membres rigides et une tête relevée vers l’arrière.

Retour

P

Phase de croisière du traitement : lors de la mise en place d’un traitement, il est parfois nécessaire au début d’ajuster le traitement afin d’obtenir la dose la plus faible efficace. Une fois que ce traitement est ajusté et que donc la dose adéquate a été trouvée, on parle alors de la phase de croisière du traitement.

Phase d’aura / prodromes : première séquence d’une crise épileptiforme typique caractérisée par une modification de comportement de l’animal. Il peut montrer une diminution d’attention, sembler fatigué, nerveux ou inquiet, chercher à s’isoler ou rechercher le contact de ses maîtres. Cette phase peut avoir lieu de quelques heures avant la crise à quelques secondes, voire elle peut ne pas être perceptible.

Phase d’ictus : deuxième séquence de la crise épileptiforme correspondant à l’apparition de convulsions, de perte de connaissance, de salivation, etc.

Phase post-ictale : dernière séquence de la crise épileptiforme correspondant à la phase de récupération suite à la crise. Différents symptômes peuvent être présents : fatigue, irritabilité, difficulté locomotrice, troubles du comportement, troubles de la vision, … La durée de cette phase est très variable selon l’individu et le type de crise : de quelques secondes à plusieurs heures.

Prévalence : rapport du nombre d’individus/animaux atteints d’une maladie sur le nombre total d’individus/animaux à un instant donné.

Retour

S

Scanner : technique d’imagerie médicale utilisant les rayons X permettant de réaliser des images des organes (cerveau, viscères, etc.). Cette technique est plus accessible que l’IRM mais moins précise.

Spinning : voir « tournis ».

Status epilepticus / crises subintrantes : également appelé état de mal épileptique, il correspond à la succession de crises sans réel arrêt pendant 20 à 30 minutes ou à la survenue d’une crise unique de plus de 10 minutes.

Stéréotypie : action répétée de manière exagérée, sans but, et interférant avec le comportement normal.

Syncope : perte de connaissance brève et brutale. L’origine est une diminution brutale et transitoire de la perfusion du cerveau (et donc de son apport en oxygène), ce qui entraîne l’évanouissement.

Syndrome : ensemble de plusieurs symptômes caractéristiques d’une maladie et dont la présence concomitante permet d’orienter le diagnostic.

Système nerveux central : partie du système nerveux composée du cerveau et de la moelle épinière.

Retour

T

Tournis : comportement au cours duquel un animal tourne sur lui-même, rapidement, et de manière très répétitive. (Voir l’article : Le tournis ou spinning du bull terrier)

Traitement étiologique : traitement de la cause à l’origine de la maladie.

Retour