D’où vient l’épilepsie du chien ?

Il existe plusieurs formes ou classes d’épilepsie du chien se différenciant par leurs origines.

L’épilepsie du chien de forme idiopathique

Appelée aussi épilepsie essentielle ou primaire, elle touche, selon les études, 0,5 à 5% de la population canine, l’épilepsie idiopathique est la forme d’épilepsie la plus fréquente chez le chien. On la qualifie d’idiopathique car elle n’a pas d’origine connue ou identifiable avec les outils de diagnostic actuels, ce qui rend son diagnostic complexe (cf. Consultation chez le vétérinaire).

Cette forme d’épilepsie du chien se déclare entre 6 mois et 6 ans. Dans la majorité des cas, elle s’exprime par des crises convulsives généralisées (cf. Quelles sont les manifestations de l’épilepsie chez le chien ?). En dehors des crises, l’animal a un comportement tout à fait normal.

Si aucune origine de l’épilepsie idiopathique n’a pu être identifiée à l’heure actuelle, il a en revanche été démontré que cette forme d’épilepsie pouvait être héréditaire et que certaines races étaient particulièrement concernées (cf. Quels sont les races concernés ?).

L’épilepsie du chien de forme cryptogénique

L’épilepsie cryptogénique est considérée comme un sous-genre d’épilepsie idiopathique. L’épilepsie est alors causée par une lésion cérébrale (comme une zone cicatricielle) mais qui ne peut être mise en évidence lors du diagnostic. Elle se manifeste chez les chiens de tout âge.

L’épilepsie du chien de forme structurelle

Appelée aussi épilepsie intracrânienne, secondaire ou symptomatique, l’épilepsie structurelle est une forme d’épilepsie du chien ayant pour origine une atteinte au niveau du cerveau. Selon l’atteinte en cause, l’épilepsie peut se déclarer sur des chiens jeunes (hydrocéphalie), vieillissants (tumeurs cérébrales) ou de tout âge (hémorragie cérébrale, méningites, méningo-encéphalites).

L’expression clinique sera très différente selon la localisation de l’atteinte cérébrale (cf. Quelles sont les manifestations de l’épilepsie chez le chien ?). Il y aura des crises mais d’autres signes cliniques peuvent être présents en dehors des crises.

L’encéphalopathie ou l’épilepsie du chien de forme réactive

Également appelée épilepsie réactionnelle ou extra-crânienne, l’encéphalopathie réactive est une forme d’épilepsie du chien causée par une atteinte métabolique d’un organe autre que le cerveau. Cette atteinte a des répercussions au niveau cérébral conduisant au développement de crises d’épilepsie.

Chez le chien, 70% des cas d’encéphalopathies réactives ont pour origine une hypoglycémie (liée ou non à une tumeur du pancréas) ou une intoxication avec une substance neurotoxique (anti-limaces, chocolat, ibuprofène,…). Parmi les causes fréquentes d’encéphalopathies réactives, on retrouve également des maladies congénitales comme le shunt porto-systémique. Tout comme l’épilepsie structurelle, l’âge d’apparition des crises dépendra de l’affection sous-jacente, qui peut créer d’autres signes cliniques en plus des crises.

A voir aussi :