Jacqueline

reponse2

L’épilepsie est un syndrôme se traduisant par la succession de crises convulsives. Les convulsions sont le plus souvent des crises généralisées soudaines associant des signes cliniques multiples et impressionnants tels que la chute du chien, le pédalage, la salivation, la miction et la défécation. Les convulsions sont les signes cliniques les plus souvent rencontrés lors d’atteintes neurologiques (12% des signes cliniques neurologiques rapportés). Les convulsions peuvent avoir des origines très variées. Les convulsions sont des troubles neurologiques causés par l’activité simultanée et non contrôlée d’un nombre plus ou moins important de cellules cérébrales. Elles apparaissent sous forme de crises soudaines et intermittentes associant à des degrés variables des mouvements involontaires et désordonnés (tremblements, pédalages), des émissions de selles ou d’urine et une altération ou une perte totale de la conscience. En fonction de la localisation et du rôle des cellules cérébrales touchées, on observe des crises ayant des manifestations cliniques différentes. L’origine de ces crises est variable ; elles sont engendrées par toute situation de dysfonctionnement neuronal. Cependant l’observation d’une crise chez votre chien ne signifie pas nécessairement qu’il est épileptique. L’épilepsie se définit par la répétition de crises convulsives qui se manifestent plus ou moins fréquemment et plus ou moins longtemps dans la vie de votre animal. L’épilepsie primaire, aussi appelée épilepsie idiopathique et anciennement appelée épilepsie essentielle, se caractérise par des crises convulsives récidivantes concernant des patients sans lésion décelable de l’encéphale ni désordre métabolique et sans trouble clinique entre les crise. L’ensemble de ce site concerne ce type d’épilepsie. Par le terme « épilepsie » on entendra donc « épilepsie primaire » tout au long du site. On l’oppose à l’épilepsie secondaire qui résulte de lésions dans l’encéphale comme une tumeur, une malformation, une séquelle de trauma ou encore de processus inflammatoires, et à l’épilepsie réactionnelle qui résulte de troubles métaboliques.